La planification des repas peut être difficile. Trouver l’équilibre entre les repas sains pour votre famille, en tenant compte des goûts de chacun et en trouvant le temps de les préparer, est un emploi en soi. Ajoutez un enfant difficile à l’équation et vous avez tout ce qu’il faut pour vivre des frustrations. Le rêve d’un repas en famille agréable se remplit d’anxiété, à la fois pour vous et pour votre enfant.

Au lieu de vous disputer avec votre enfant à chaque repas ou d’essayer de le forcer à manger, prenez une grande respiration et laissez-le être son propre guide en alimentation — avec votre supervision, bien sûr. Apprenez à un enfant difficile à bien manger et à apprécier les repas grâce à ces conseils utiles pour gérer un enfant difficile, ainsi qu’à des recettes qui peuvent être préparées par votre enfant ou avec son aide.

  • FAITES-LE PARTICIPER – De la planification des menus en passant par l’épicerie et même la préparation de repas, permettez à votre enfant difficile de choisir certaines des choses qu’il ou elle mangera. Ceci lui donnera le sentiment de contrôle dont il a besoin. Parlez ouvertement des différents aliments, de la culture des aliments et de la nutrition. Plus ils en savent, plus ils voudront essayer de nouveaux aliments. Une petite prise de pouvoir peut avoir d’importantes retombées dans la vie d’un enfant difficile.
  • SURVEILLEZ LES COLLATIONS – Un enfant difficile n’a souvent pas envie de manger le soir, parce qu’il a mangé de nombreuses collations (qui ne sont habituellement pas très saines) après l’ecole. Les collations sont essentielles pour un enfant qui grandit, mais elles deviennent problématiques quand elles interfèrent avec les repas. Placez des collations santé dans le frigo et dans les armoires, comme des fruits, des légumes coupés et de la trempette, des craquelins ou des fruits séchés et des noix. En limitant la quantité et la sorte de collation que consomme votre enfant, il pourrait recommencer à souper.
  • - SOYEZ UN BON MODÈLE – Les enfants observent les réactions de leurs parents aux nouvelles situations. Ils vous regardent et apprennent de ce que vous faites — alors, pensez-y avant de faire la fine bouche à certains aliments, ou même de carrément en refuser d’autres. Faites des choix sains et variés pour vous et votre enfant vous imitera, éventuellement !
RECETTES

Apprendre les bases de la cuisine et de la salubrité alimentaire pourrait aussi aider à transformer un enfant difficile en chef comblé, et en un enfant qui aime manger. Voici quelques idées de tâches qui conviennent aux petites mains, en fonction des recettes familiales qui suivent.

TÂCHES POUR LES PETITES MAINS :
  • Transférer le bœuf haché du congélateur au réfrigérateur la veille. Ne jamais dégeler des aliments sur le comptoir de la cuisine.
  • Laver les légumes.
  • Mesurer les légumes coupés et préparés.
  • Les enfants plus vieux peuvent aider à couper la viande ou les légumes, sous la supervision d’un adulte. Rappelez-vous qu’un couteau bien aiguisé coupe mieux qu’un couteau émoussé, ce qui limite davantage le risque de se couper. Apprenez à votre enfant comment bien tenir un couteau et comment l’utiliser.
  • Laver et désinfecter la planche à découper après y avoir coupé de la viande.
  • Un enfant plus âgé peut utiliser le four à micro-ondes pour faire cuire les légumes à la vapeur. Assurez-vous de lui expliquer quels contenants peuvent aller au micro-ondes et comment bien utiliser cet appareil.
  • Mesurer le fromage râpé.
  • Assembler les ingrédients dans un plat de cuisson.
  • Dans certaines recettes, y compris le macaroni au fromage et bœuf en casserole, un enfant plus âgé peut brunir la viande et les légumes, mettre les ingrédients ensemble et faire cuire toute la recette. Restez dans la cuisine pour le superviser, répondre à ses questions et l’encourager.
  • Mettre la minuterie